WRC

La catégorie WRC (World Rally Car) est une extrapolation d'homologation des voitures de rallye du Groupe A.
Cette catégorie regroupe les voiture habilitées à disputer le Championnat du Monde des Rallyes de la FIA.

Au début des années 1990 les instances dirigeantes et les constructeurs, pour des motivations pas toujours compatibles entre elles d'ailleurs, étaient d'accord pour réformer le système du groupe A.

Cette mise en oeuvre fut effective à l'aube de la saison 97. Les conséquences n'en furent pas que portées par les véhicules, mais aussi sur les épreuves et l'organisation des saisons.

Buts recherchés
Les motivations de la FIA sont d'attirer les constructeurs européens, tout en maitrisant la puissance, les coûts et en maintenant la sécurité et l'attrait du public pour la discipline.

Pour ce faire, il fut décidé qu'il n'était plus nécessaire de construire 2500 véhicule du type à homologuer, mais d'extrapoler un véhicule quatre roues motrices, turbo, d'un modèle de série construit à au moins 25000 exemplaires.
C'est ainsi que l'on peut voir une Peugeot 206, une Citröen Xsara ou une Ford Fiesta sur les spéciales terre de rallye alors que les constructeurs respectifs ne possèdent pas de 4x4 à leur catalogue.

Un des corollaires à cet assouplissement est l'engagement que doivent prendre les constructeurs sur la durée d'inscription sous peine de fortes pénalités financières.

Pour les véhicules
En ce qui concerne la maîtrise des points évoqués précédement, la puissance est contrôlée, entre autre, grâce à une bride sur le turbo ou la largeur des pneus. Les coûts sont maîtrisés grâce au matériaux et aux technologies embarquées autorisées, au nombre de pièces à changer, aux épreuves formatées, etc.

Toutes ces mesures citées pêle-mêle sont apparues, pour certaines, à l'origine de cette réforme et pour d'autres au fil du temps. Certaines ont été demandées par les constructeurs, d'autres imposées par l'autorité de tutelle.
Ainsi, une des mesures les plus symboliques, le moteur deux litres turbo a du céder sa place à un 1600 cm3 turbo début 2011.

Les exemples sont d'autant plus nombreux qu'il y a en a tous les ans de nouveaux.

Pour les épreuves
En ce qui concerne les épreuves, le changement est radical. Finis les parcours de concentration, qui sont l'essence même du rallye (le mot anglais "rally" signifie rassemblement, concentration). Maintenant c'est uniquement compétition en étoile autour d'une seule ville centrale. Le but recherché est la limitation des déplacements, donc des coûts et de concentration du public.
Le dernier point est crucial dans l'optique de monétisation de la discipline qui est sous-jacent. Ainsi on voit apparaitre des pass VIP d'accès aux stands, des accès aux tribunes payants, etc... des pratiques que l'on croyaient réservées aux stars et aux paillettes de la F1 !

La promotion des rallyes est confiée à une société privée ainsi que la commercialisation des images.
Cette affaire, rentable sur le papier, n'est jamais arrivée à l'équilibre.
Plusieurs investisseurs ont du abandonner en cours de route, le dernier ayant carrément fait faillite. Il en résulte en 2012 une discipline sans coordination et où chaque organisateur d'épreuve doit passer des accords avec une chaîne de télévision locale pour diffuser des images, indispensables pour les investisseurs qui veulent avoir de la visibilité.

Mais cette épreuve à surmonter n'en est qu'une parmi d'autres, car depuis que cette discipline existe, elle n'a cessé d'évoluer, de se transformer, ou se scinder pour créer des rejetons célèbres, tels le Rallycross, ou le Rally-Raid.
Il y a d'autres évolutions qui s'annoncent comme le changement d'énergie...

L'avenir ne s'en s'annonce que plus excitant...

 

Voitures dans la catégorie WRC :
Peugeot 206 WRC
Peugeot 307 WRC
Ford Escort Cosworth WRC
Ford Focus WRC
Ford Fiesta WRC
Subaru Impreza
Citroën Xara WRC
Citroën C4 WRC
Citroën DS3 WRC
Mitsubishi Lancer
Toyota Corolla WRC
Skoda Octavia WRC
Skoda Fabia WRC
Seat Cordoba WRC
Hyundai Accent WRC

free joomla template
template JoomSpirit