205T16... un sacré (bon) numéro !     la génèse...

Logo 205T16

 


 

1981. La saison du Championnat du Monde des Rallyes bat son plein. Jean Todt, associé à Guy Fréquelin, défend les couleurs de Talbot, marque appartenant au groupe Peugeot depuis 1978.

Jean TODT est au sommet de la gloire en qualité de copilote. Il a une expérience conséquente, a mené à la victoire un nombre impressionnant de pilotes sur un nombre non moins impressionnant de voitures différentes.

Mais durant cette saison 1981, Jean Todt sent qu'il faut passer à l'étape suivante. Le Groupe 4 est en train d'agoniser, le Groupe B est attendu pour 1982, Peugeot, son employeur, fait les grands titres des journaux avec les grèves à répétition dans les différentes usines, d'autant que les caisses sont vides, Peugeot est en grandes difficultés.

Jean Todt et Jean BoillotIl convainc son entourage qu'il faut penser la compétition différemment. Poussé par des proches de la Direction de la firme au Lion, il présente à Jean BOILLOT, Directeur Général d'Automobiles Peugeot, sa vision de la compétition en rallye.
Sa force de persuasion, son enthousiasme et ses arguments emportent l'adhésion du tout puissant patron qui, dès octobre de cette même année, le charge de définir le programme de compétition en rallye, pour les marques Peugeot et Talbot et d'en organiser l'activité.

2 mois plus tard, dès la fin de la saison en cours pour laquelle il est toujours copilote Talbot, il est nommé Directeur de Peugeot Talbot Sport.

Jean Boillot est suffisamment visionnaire pour prévoir le besoin en image sportive pour l'entreprise qu'il dirige et suffisamment inspiré pour embaucher un homme qui a fait ses preuves au plus haut niveau sportif automobile.

Croquis 205T16 M. FREMONTJean Todt doit tout bâtir : trouver des locaux, embaucher une équipe, bâtir une stratégie, fabriquer un voiture et la mener à la victoire.
Il trouve des locaux rue Paul Bert à Boulogne, puis une équipe bâtie autour de l'ancienne équipe de rallye Talbot dirigée par De O'Dell puis de l'aide pour la conception de son futur véhicule dans les bureaux d'études de la Garenne, principalement autour de Bernard Perron. Avec ces ingénieurs, motivés par ce nouveau challenge à relever dans des délais extrêmement contraints il définit un concept auquel il ne cesse de penser : une voitures 4 roues motrices, comme la nouvelle Audi quattro qui fait tant fureur sur les pistes de terre, mais à l'empattement le plus long possible pour la stabilité et avec des masses les plus centrées possibles pour la maniabilité, ... à l'exact opposé de l'Audi quattro avec son moteur en porte à faux avant.


Durant toCroquis 205T16 M. FREMONTute l'année 1982, Jean Todt bâtit la stratégie l'équipe et la voiture. Il est décidé de l'intégrer à la gamme en cours de conception (le projet M24 : la 205) qui sera lancée début 1983.

En décembre 1982, lors de la 1ère conférence de presse, Jean Todt annonce la feuille de route du PTS : La voiture sera conçue pour le tout nouveau Groupe B et et sera lancée dans la  course au titre mondial des rallyes en 1985, avec une présentation de la voiture en février 1983 en même temps que les autres voitures de la gamme et sera testée lors des premières courses en 1984.
Croquis 205T16 M. FREMONT

La 205 Turbo 16 est présentée à la presse le 23 février 1983, en même temps que le reste de la gamme.
Peugeot peut, fièrement, aligner sa gamme 205, complète de bout en bout.

 Mais le travail de fonds ne fait que commencer. Car maintenant, il va falloir faire évoluer le prototype qui est quasiment inconduisible pour cause de moteur qui ne fonctionne qu'à très haut régime ainsi qu'une fragilité maladive du chassis. Le voiture devra être suffisamment développée et fiable pour servir de base à la série de 200 exemplaires qu'il faut construire pour obtenir l'homologation Groupe B... de vingt exemplaires.

JP NICOLASPuis vient l'heure de la première épreuve, le 29 octobre 1983 à Sarlat. Jean-Pierre Nicolas est engagé dans la première course de la 205 Turbo 16, le trophée Jean-François Piot. Elle s'y comporte honorablement compte tenu, principalement, du manque de souplesse du moteur.

En début d'année 1984 une nouvelle étape est franchie avec le recrutement par le PTS de deux techniciens de haut niveau issus de chez Renault, André de Cortanze, ingénieur en chef, et Jean-Pierre Boudy, ingénieur motoriste.Peugeot Talbot Sport
La mission d' André de Cortanze est d'arriver à faire évoluer et à fiabiliser la 205 avant son homologation prévue le 1er avril 1984. Il fait adopter des modifications profondes, principalement du renforcement du chassis, et il est à noter que c'est jusqu'à 450 modifications qui ont été apportées entre son arrivée au PTS et l'homologation des vingt exemplaires Groupe B (évolution des 200 exemplaires).
Jean-Pierre Boudy, de son côté, s'est attaqué au problèmes de fiabilité et de souplesse. Il résoud le problème de la souplesse en utilisant le DPV, dispositif qui améliore la souplesse du turbo compresseur. Un système identique a été utilisé pour les moteurs de F1 Renault et les Renault 5 Turbo Maxi. La conduite de la voiture en est transfigurée.

La voiture est mûre pour être confrontée à la concurrence internationale.

free joomla template
template JoomSpirit