Dictionnaire du Rallye

ALS : voir "Bang-Bang"

Amortisseurs : C’est une partie essentielle de la suspension de la voiture. Chaque voiture en a quatre, chacun relié à un axe de roue. Les amortisseurs doivent absorber les aspérités de la route et permettre aux pneus de rester en contact avec le sol aussi plus souvent que possible. En jouant sur les réglages il est possible de modifier la hauteur du chassis de la voiture en fonction des terrains.

Arbre de transmission : C’est la partie du système de transmission qui permet le transfert de l’énergie du différentiel avant ou arrière jusqu’à chaque roue.

Arceau de sécurité : Voir "Cage de sécurité"

Bang-Bang : le système Bang-Bang, aussi nommé Anti-Lag System (ou ALS), mis au point par Toyota dans les années 90, maintient le turbo en charge pendant les périodes de décélération ou de changement de rapport et permet d'éviter le trou à l'accélération inhérent au fonctionnement du turbocompresseur (Voir : Turbo). Pour ce faire, une programmation spéciale de la gestion électronique d'allumage du moteur génère une explosion décalée dans le collecteur d'échappement pour faire tourner la turbine du turbocompresseur mais a l'inconvénient de générer une usure prématurée des pièces du moteur ainsi qu'une consommation d'essence supérieure.

Boite de vitesses séquentielle : dispositif qui permet, à l'aide d'un levier ou de palettes, un changement de vitesses séquentiel, c'est à dire sans possibilité de sauter plusieurs rapports en rétrogradant ou en montant les rapports. La plupart des boites de vitesses WRC sont semi-automatiques et possèdent un mécanisme de contrôle électro-hydraulique qui gère l'accélérateur, l'embrayage et le changement de rapports. En fonction des années durant lesquels ces systèmes ont été utilisés, ils ont eu des autorisations d'automatisation plus ou moins poussés.

Bride : pour limiter la puissance des moteurs aux alentours de 300-330 chevaux, depuis 1997, la FIA exige qu'ils soient tous équipés d'une bride de 34 mm de diamètre qui limite le flux du mélange air / carburant vers la chambre de combustion. Sans bride, la puissance des moteurs pourrait être supérieure à 500 CV.

Cage de sécurité : structure composée de tubes en acier soudés dans l'habitacle et conçue pour protéger le pilote et le copilote en cas d'impact ou de tonneau de la voiture. En cas de choc impactant un arceau (cintrage, pliure, cassure, etc.) la remise en course de la voiture est impossible.

Carnet de contrôle : carnet que l'équipage doit présenter au départ et à la fin de chaque étape ou au contrôle horaire. Toute arrivée avant ou après l'horaire indiqué sur le carnet de contrôle fait l'objet de pénalités de temps.

Carnet de notes : cahier contenant les notes lues par le copilote lors d'une spéciale pour annoncer au pilote les difficultés à venir de l'itinéraire par le biais d'un système d'intercommunication. Ces notes sont dictées par le Pilote lors des reconnaissances.

Championnat du Monde des Rallyes des Pilotes : créé en 1973, ce Championnat récompense chaque année le pilote ayant remporté le plus de points au cours de la saison. Le nombre d'épreuves et le barème des points à attribuer a évolué au cours des années.

Championnat du Monde des Rallyes des Constructeurs : créé en 1970 sous le nom de Championnat International des Marques, il est devenu le Championnat du Monde des Rallyes des constructeurs en 1973. Il récompense chaque année la marque automobile ayant eu les meilleurs résultats au cumul des points.

Clous : pointes métalliques destinées aux pneus neige pour une meilleure adhérence dans la neige et la glace. Dans les rallyes récents, l'usage de ce type de pneus et le nombre de clous sont réglementés.

Commissaires techniques : membres officiels chargés de contrôler la conformité des World Rally Cars avant, pendant et après l'épreuve.

Compresseur : appelé compresseur mécanique ou compresseur volumétrique, système relié au moteur mécaniquement par courroie ou par cascade de pignons, permettant d'augmenter le rendement du moteur en le gavant d'air et ce, quelque soit le régime. La Lancia Delta S4 a été le seul véhicule de rallye à utiliser ce système combiné à un turbocompresseur (Voir : Turbocompresseur).

Configuration : ensemble des réglages des trains roulants (amortisseurs, carrossage et chasse) des ailerons et du moteur ainsi que le choix des pneumatiques permettant à une World Rally Car d'avoir un comportement correspondant aux souhaits du pilote (Voir : Règlage de la voiture).

Contrôle horaire : endroit où les voitures doivent se rendre pour obtenir un temps de passage officiel enregistré par les officiels du rallye.

Contrôle stop : zone située à 200-500 mètres après la ligne d'arrivée et où la voiture doit s'arrêter pour que son temps soit validé.

Copilote : partenaire du Pilote et assis à côté de lui dans la voiture, il a la double mission de lui lire les notes pendant l'épreuve mais aussi de vérifier et d'assurer tous les aspects organisation avant et après l'épreuve.

Différentiels : dispositif mécanique présent sur toutes les automobiles ayant pour fonction de distribuer une vitesse de rotation automatiquement entre les roues d'un même essieu. L'exemple le plus concret est de permettre à un véhicule de tourner en faisant parcourir moins de distance à la roue intérieure au virage qu'à la roue extérieure. Evolution du système précédent, le différentiel à glissement limité, présent sur les véhicules de compétition, permet, en particulier sur terrain glissant comme c'est souvent le cas en rallye, de transférer à la roue ayant de l'adhérence une partie de la puissance. Ce système permet aux voitures de s'extraire plus rapidement des virages malgré les dérapages.
Les World Rally Cars sont équipées de différentiels à l'avant, à l'arrière et d'un différentiel central qui répartit la puissance entre les trains avant et arrière.

Epreuves Spéciales : ou ES (Voir : Spéciales)

Epreuve super spéciale : instaurées récemment afin de rendre le rallye attrayant auprès du grand public, ces épreuves sont souvent organisées dans un stade ou en centre-ville et où les pilotes s'affrontent par deux sur deux pistes parallèles.

HANS® : Voir Système HANS®

Hors délai : les concurrents arrivant avec plus de 30 minutes de retard à un contrôle horaire ou à une zone d'assistance sont déclarés « hors délai » et sont exclus de la journée.

Groupe B : Succédant au Groupe 4, ce groupe de voiture créé en 1982 règlemente les voitures les plus puissantes de cette époque. Les voitures dans ce Groupe pouvaient participer au Championnat du Monde. Ce Groupe fut interdit fin 1986 après plusieurs accidents mortels dus à la dangerosité de ces véhicules.
Il fut remplacé par le Groupe A à partir de 1987.

Intercom : diminutif de Intercommunication. Liaison radio interne à la voiture qui permet au pilote d'entendre les instructions du copilote, malgré le bruit du moteur. Le pilote peut aussi parler au copilote, pour corriger une note, par exemple. Les écouteurs et le micro sont intégrés dans le casque.

Shakedown : apparu en 2009, le shakedown est une séance de mise au point obligatoire organisée la veille du départ du rallye. C'est l'occasion pour les équipages de contrôler les performances de leur voiture de compétition sur un terrain similaire à celui du rallye. Les concurrents doivent passer dans cette spéciale à quatre passages. Depuis 2012 elle a évolué en une séance de qualification qui sert à déterminer l'ordre de départ, sur les rallyes terre uniquement.

Notes : ensemble d'indications lues par le copilote en course sur les portions de course chronométrées. Ces notes ont été dictées par le pilote pendant les reconnaissances et décrivent la route permettant ainsi de passer le plus rapidement possible dans le but de réaliser le meilleur temps (le temps le plus court).

Ordre des passages : il dépend de la surface et de l'année. Depuis 2012, le Shakedown sert de séance de qualification pour les rallyes typés Terre et détemine l'ordre de passge. Pour les autres terrains ou les autres années, c’est l’ordre dans lequel les voitures s’élancent au départ des spéciales. Egalement appelé ordre des départs, il est différent lors de chaque journée de rallye. Le premier jour, l’ordre est défini par le classement du Championnat du Monde des pilotes, le leader s’élançant en premier sur la route. Le deuxième et le troisième jour, l’ordre se fait selon le classement du rallye : le leader de la veille au soir s’élance en premier dans les spéciales du jour. En revanche, l’ordre de départ dans les super spéciales peut être modifié par les organisateurs pour des besoins télévisuels ou promotionnels.

Ouvreurs : lors des rallyes asphalte, les pilotes « prioritaires » reçoivent le soutien d'un pilote et d'un copilote qui ne participent pas à la course et qui parcourent les étapes avant les concurrents pour noter les conditions de route et les conditions climatiques qui ont pu changer. Leurs avis et conseils permettent à l’équipe d'effectuer le choix de pneus et certains réglages.

Parc d'assistance : zone désignée par les organisateurs où peuvent être effectuées les vérifications, l'entretien et les réparations sur les World Rally Cars, dans un délai imparti.

Parc fermé : il s'agit d'une zone de contrôle où sont stationnées les voitures de rallye pendant la nuit. A quelques exceptions près pour des raisons de sécurité (changement de pare-brise fissuré), il est strictement interdit d'intervenir sur la voiture en parc fermé.

Pénalité en temps : les équipages de rallye sont pénalisés de 10 secondes pour chaque minute de retard à un contrôle horaire - qu'il s'agisse d'un départ de spéciale, d'un contrôle de départ ou d'arrivée. Une présentation en avance à un contrôle horaire entraîne une pénalité stricte d'une minute pour chaque minute d'avance.

Pneu : quel que soit le manufacturier, qu'il soit retaillé, slick, neige, clouté ou terre il est l'une des composantes importantes de la performance de la voiture (Voir : Clous, Réglages de la voiture et Retaillage).

Power Stage : nouveauté instaurée en 2011, la Power Stage, Spéciale d’une courte distance, se déroule en fin de rallye et est soumise à une couverture télévisuelle. Des points de bonus (3-2-1) seront attribués aux trois premiers pilotes.

Reconnaissances : avant chaque rallye, les pilotes et les copilotes ont deux jours pour reconnaître les routes à une vitesse maximale autorisée (définie par les organisateurs) entre 50 et 70 km/h. Les équipages ont droit à deux passages dans chaque spéciale afin de s’y habituer et de prendre des notes, décrivant la route et ses difficultés (Voir : Notes).

Réglages de la voiture : de nombreuses composantes de la World Rally Car sont réglables : cartographie du moteur, amortisseurs, trains roulants, transmission, ailerons. Ces réglages influent sur le comportement de la voiture et permettent au pilote d'obtenir un comportement correspondant à ses désirs, en fonction du terrain (Voir : Différentiels et Pneu).

Retaillage : action de graver ou de modifier les sculptures de la bande de roulement d'un pneu afin d'en améliorer le rendement. Le retaillage en WRC est interdit depuis 1997 (Voir : Pneu).

Road book : ensemble des instructions et cartes de l'itinéraire remis à chaque équipage par les organisateurs au début de chaque rallye (Voir : Notes et Reconnaissances).

Secteur de liaison : route ouverte au traffic qui relie les spéciales, les zones d'assistance et le parc fermé. Les pilotes doivent respecter les règles de la circulation applicables sur les secteurs de liaison.

Sous-virage : on parle de sous-virage lorsque le train avant d'un véhicule automobile a tendance à glisser en virage. Le pilote doit effectuer un allégement de l'accélération et une correction de trajectoire. C'est l'inverse du survirage (Voir : Survirage).

Spéciales : épreuves du rallye chronométrées, également appelées épreuves spéciales ou ES ; les pilotes et copilotes doivent alors faire leur maximum pour réaliser le meilleur temps. Les équipages en compétition accèdent aux départs des Spéciales par les Secteurs de Liaison.

Survirage : on parle de survirage lorsque le train arrière d'un véhicule (auto ou moto) a tendance à glisser en virage. Le pilote doit effectuer une correction de trajectoire pour ne pas effectuer un tête à queue. C'est l'inverse du sous-virage (Voir : Sous-virage).

SupeRally : Introduit en 2004, ce système permet aux pilotes ayant abandonné lors du premier ou deuxième jour du rallye de repartir en course le lendemain, tant que leur voiture est réparable selon les spécificités du règlement. Avant de reprendre la route, ils reçoivent cinq minutes de pénalité par spéciale manquée.
L'avantage indéniable de cette innovation est de maintenir en compétition un nombre supérieur de voitures jusqu'à la fin de l'épreuve au détriment de la clarté (comment comprendre qu'après avoir abandonné le premier on retrouve le même concurrent sur le poduim final).

Système HANS® : Equipement de sécurité obligatoire en WRC depuis 2010. HANS est un acronyme anglais pour « head and neck support » (soutien du cou et de la tête). Porté sur les épaules et autour de la nuque, le système HANS® réduit le déplacement excessif de la tête vers l'avant en cas d'accident et peut éviter à un pilote de graves blessures au niveau de la tête et des cervicales.

Temps de la spéciale : temps chronométré depuis le départ au classement d'une spéciale jusqu'au franchissement de la ligne d'arrivée. Ce temps est mesuré électroniquement depuis 1997.

Temps imparti : temps officiel imparti par les organisateurs du rallye à une World Rally Car pour parcourir un secteur de liaison hors compétition. Des pénalités sont infligées en cas d'arrivée en avance ou en retard.

Tenue des équipages : les équipages de rallye portent une combinaison comportant trois couches de matériau ignifugé (non combustible), ainsi que des sous-vêtements ignifugés et une cagoule ignifugée sous leur casque.

Turbo : diminutif de Turbocompresseur. Dispositif accolé au moteur qui consiste principalement en une turbine entraînée par les gaz d'échappement qui augmente la pression du mélange air / carburant pour gagner en puissance. Toutes les WRC sont équipées de turbocompresseurs (turbos) qui fournissent une pression 4 à 5 fois supérieure à la pression fournie par un turbo sur une voiture de route ; ainsi grâce à ce système combiné à l'ALS, une puissance maximale peut être fournie sur une large plage de régime moteur.

Voiture de reconnaissance : voiture de route (dotée d'un équipement de sécurité) que le pilote et le copilote utilisent pour reconnaître l'itinéraire avant le début du rallye et rédiger le carnet de notes (voir : Notes et Reconnaissances). La voiture est la plus proche possible de la voiture de compétition et pour cela est souvent à quatre roues motrices.

Voiture zéro : voiture qui passe dans les spéciales à un rythme de course avant le départ du premier concurrent à s'élancer. Ses principales missions sont d'informer la Direction de Course des conditions météorologiques, des conditions du terrain ainsi que du risque représenté par le mauvais positionnement de certains spectateurs.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

free joomla template
template JoomSpirit